☿ Bienvenue sur Scream Queens
Nous recherchons les Présidents prédéfinis de toute urgence, retrouvez-les ici.

Partagez | 
 

 Why do not you try to trust me ? | Camila

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin Sigma
avatar
Ethan Fowler
♟Textos reçus : 54

MessageSujet: Why do not you try to trust me ? | Camila   Sam 26 Déc - 0:07

Why do not you try to trust me?


 
feat Camila & Ethan

Cette soirée, pourtant autant semblable que les autres, je n'étais pas prête de l'oublier. Pas parce qu'il y avait eu un événement super choquant ou qu'un connard de Red Devil avait assassiné quelqu'un dans la salle, pas un événement aussi grave, cela va de soit, mais que c'était la première fois que je m'étais mangé la honte de ma vie et par une fille, c'était sans doute bien la première fois qu'une chose pareille m'arrivais. Je n'en revenais toujours pas. Tu avais vraiment touché mon égaux et tu pouvais être sûr que je n'allais pas laisser passer ça. Enfin, j'aurais pu mais déjà d'une non, car j'avais fais un pari franchement salaud avec un pote de ma fraternité mais que j'avais également eu vent de ton commentaire sur Facebook et ça, ça ne passait carrément pas. Au pire, tu risquais juste d'avoir des soucis en me critiquant de la sorte, mais bon. Ce n'était pas le but recherché. Eliza m'avais prévenu de ton petit commentaire désagréable mais je savais qu'elle était ce genre de personne qui était capable du tout pour le tout et je savais que t'aurais des problèmes avec elle, car déjà elle causait des ennuis aux filles avec qui je couchais mais alors toi...Cela serait encore autre chose. Je me marrais déjà d'avance.

Mais en toute franchise, tu m'avais sacrément blessé et j'étais partie pour te faire changer d'avis ou du moins, te rendre la pareille. Tu ne me laissais pas le choix, car c'était bien la première fois que je me mangeais un vent comme ça et surtout devant mes amis. Personne ne m'avais jamais refusé, même si cela n'avais pas été jusqu'à coucher, elles étaient toutes tombés dans mes filets et là, non. Tu étais très forte, Camila Warne. Oui, je savais qui tu étais maintenant car mes collègues te connaissaient un peu à cause de ton blog qui était guère apprécié par mes membres de la fraternité mais aussi des autres du coin, car tu n'étais pas aimable sur tout ce que tu disais, bien au contraire.Ce petit mot m'étant totalement dédié sur ton Facebook en était quand même la preuve. Mais je ne comptais pas laisser ça comme ça, ma réputation serait entachée.
Et quelle chance ce ne fut pas de tomber sur toi, le lendemain matin au Starbucks du campus. Il y avait quand même une chance sur des milliers pour que cela soit le cas mais le hasard semblait vouloir nous « rapprocher » ou du moins qu'on se retrouve nez-à-nez pour que nous exposions nos joyeuses opinions en total divergence. Tant mieux au moins je n'aurais pas à fouiller le campus pour que nous discutions après cette rencontre un peu désastreuse de la veille, faut l'avouer. Alors que je pénétrais le café célèbre en Amérique, vêtu d'une tenue de sport car bien évidemment, étant en licence sport et surtout en proie de la finir, j'allais en cours physique pour la matinée. Et puis j'étais à mon aise dedans donc je préférais. Après avoir commandé ce qu'il me fallais, je sens une tape sur mon épaule qui me force à tourner le visage, et d'entendre donc mon collègue lancer :
« Hei, regarde. C'est la gonzesse qui t'a foutu un râteau hier. La blogueuse de malheur là. » Je tourne alors mes opalines dans ta direction et en effet, c'était bel et bien toi : Camila Warne. Je finis par sourire brièvement en coins, prenant des mains le café du barrista, et de dire aux mecs que je les rejoindraient plus tard. Ils ricanent un peu en me souhaitant bonne chance. Comme si j'en avais besoin. Je m'avance donc à ta table, me moquant qu'on nous regardait, car j'étais quand même une tête d'affiche ici, mais me moquant surtout que tu pianotais sur ton pc et que tu semblais occupé. Je tire donc la chaise en face de toi, avant de m'y asseoir, captant ainsi ton regard qui semble surpris :
« Bonjour Mademoiselle Warne. Oui car nous n'avons pas eu le temps hier de faire les présentations, alors j'ai dû me renseigner. Je trouvais dommage que notre discussion ne finisse ainsi sur les réseaux sociaux, c'est triste de devoir quand même afficher ça sur le web, bien que cela ne me fais ni chaud ni froid mais...C'est quand même mieux si on parlait en tête-à-tête n'est-ce pas ? » Dis-je d'une voix tout à fait charmante et calme, t'offrant ce petit sourire en coins assez affriolant, avant de fermer l'écran de ton pc pour que tu captes mon attention. Je plonge ainsi mon regard dans le tien, aussi sombre que le charbon :
« Je ne sais pas de quoi te vient ta haine des fraternités, mais pourquoi directement tu en fais des clichés? Qui te dis que tu ne me plaisais juste pas, et que je voulais simplement passer une soirée super en ta compagnie sans être un salopard comme tu sembles catalogué les présidents de fraternités ? »
to follow...

fiche by mad shout.



I'll use you as a makeshift gauge

⋆ I've moved further than I thought I could


it’s not that they’re born brave. it’s not that they’re born strong. it’s just that the universe has decided that this one, this one will have grit and fire and steel in their blood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdmineLambda
avatar
Camila Warne
♟Textos reçus : 93

MessageSujet: Re: Why do not you try to trust me ? | Camila   Dim 27 Déc - 2:36

why don't you trust me ?
I don't need to know you personnel to know who you are, what are your goal, what kind of person you are.



J’avais mes petites habitudes à moi. Mes jours d’étudiante si je pouvais appeler cela ainsi étaient tous les mêmes. Je me levais, direction la douche, en faisant attention de ne pas réveiller cette fille qui me servait de colocataire. Je ne savais pas réellement ce qu’elle faisait à l’université. C’était à peine si elle venait en cours. Je ne savais même pas quel cursus elle suivait à vrai dire. Je n’avais jamais eu de conversations qui duraient plus de quelques minutes avec elles, et, celles-ci n’était pas réellement fondées. Alors, je ne passais pas énormément de temps dans ce studio. Je préférais me réfugier dehors si le temps le permettait, ou alors à la bibliothèque ou dans un café non loin de l’école. C’était ce que j’avais fait aujourd'hui. Le temps ne me permettait pas de me poser au parc comme à mon habitude pour écrire mes articles. J’avais alors décidée de me diriger vers ce fameux café si connu de tous. Étant arrivée en début de soirée, il n’était pas si rempli que cela. J’avais donc commandée ma boisson, et, après avoir été servie, je m’étais installée à une table, j’avais sorti mon ordinateur, et, sans réellement réfléchir, je commençais à écrire. J’écrivais un article sur, comme très souvent, des fraternités. Je parlais de ma soirée passée dans cette maison, celle des Sigma. Je n’allais pas souvent à leurs soirées, mais, mon meilleur ami m’avait quelque peu forcé la main, et, à lui je ne refusais rien. En grande partie, j’avais passée une bonne soirée, la musique, l’ambiance, tout était pas mal. Oui je savais aussi leur reconnaître de bonnes choses. Et, les Sigma savaient faire la fête, lorsque celles-ci ne débordaient pas. Je disais cela car, nous savons tous ce qui se passe lors de ses soirées. Les étudiants sont tous hors de contrôle, et, cela non je ne l’acceptais pas. J’étais cependant partie avant tout signe de débordement. La cause ? Ethan Fowler. Président actuel de cette fraternité, les Sigma Delta Phi. C’était je pense bien la première fois qu’il faisait attention à moi. Pourtant, nous nous étions croisés plus d’une fois, mais, je ne sais pour quelle raison, il s’était ce soir-là intéressé à moi. Evidemment, je n’avais pas pu résister au fait de le repousser. Tout d’abord parce qu’il était Ethan Fowler, président des sigma, mais, aussi parce qu’il avait eu le culot d’essayer de me draguer devant tout le monde. C’était pour moi un plaisir de pouvoir l’humilier, comme il avait pu humilier tant de gens dans d’autres circonstances. Que ce soit des filles qu’il avait dragué et ensuite jeté comme de vulgaires déchets, ou alors des garçons qui souhaitaient entrer dans cette fraternité par des bizutages, pourtant illégales. J’avais donc, après cette soirée, laisser un petit message le concernant sur Facebook, avant de m’attaquer ce soir-là à sa fraternité sur mon blog. Il ne m’était pas difficile d’écrire sur ce genre de fraternité, car, je n’étais pas la seule à m’en plaindre, et, beaucoup de gens venaient me donner des informations plus qu’intéressante. Alors que j’écrivais ce nouvel article, une personne s’était installée en face de moi. Et voilà qu’il s’agissait d’Ethan, génial tout cela. J’étais une personne polie. Pourtant, même un simple sourire ne s’était pas affiché sur mon visage à la vue du garçon en face de moi. « Bonjour Mademoiselle Warne. Oui car nous n'avons pas eu le temps hier de faire les présentations, alors j'ai dû me renseigner. Je trouvais dommage que notre discussion ne finisse ainsi sur les réseaux sociaux, c'est triste de devoir quand même afficher ça sur le web, bien que cela ne me fais ni chaud ni froid mais...C'est quand même mieux si on parlait en tête-à-tête n'est-ce pas ? » Ces réflexions m’avaient  fait doucement sourire. Mon message lui avait fait, comme il le disait, ni chaud ni froid. Pourtant, il se trouvait ici, en face de moi, à m’en parler. Mais, je ne préférais pas relever. Voulant couper court assez rapidement à cette conversation. Mais, avant que je ne puisse répondre, il m’avait devancé en fermant mon ordinateur, montrant que lui, il ne souhaitait pas couper court à cette conversation. J’avais alors perdue le léger sourire qui se trouvait sur mes lèvres, pour n’afficher qu’un regard méprisant. « Je ne sais pas de quoi te vient ta haine des fraternités, mais pourquoi directement tu en fais des clichés? Qui te dis que tu ne me plaisais juste pas, et que je voulais simplement passer une soirée super en ta compagnie sans être un salopard comme tu sembles catalogué les présidents de fraternités ? » Je laissais alors sortir un rire tout aussi méprisant que mon regard. Je savais bien qu’il ne fallait pas que je crois en ses paroles. Il n’était pas sincère, cela se voyait. Non, il n’avait jamais eu envie de passer du temps en ma compagnie, puisqu’il ne s’était jamais intéressé à moi. Je savais donc bien qu’il mentait. « Je ne catalogue pas tous les présidents de salopard comme tu le dis si bien. Toi par contre, tu ne passes pas outre ces critiques oui, puisque, je sais de source sûre que tu es comme je le pense. Mais, ne t’en fais pas, ce n’est pas bien grave, tu n’as rien à me prouver ! » dis-je en le regardant de façon ferme. J’ouvrais alors de nouveau mon ordinateur, afin de reprendre ce que j’avais commencée. Je reposais alors de nouveau mon regard sur le jeune homme. « C’est bon, maintenant qu’on en a discuté, tu peux partir ! » ajoutais-je sèchement. Oui, sa présence me dérangeait fortement, et, je n’allais pas m’en cacher.



made by pandora.






Rejection is an opportunity for your selection.



acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Sigma
avatar
Ethan Fowler
♟Textos reçus : 54

MessageSujet: Re: Why do not you try to trust me ? | Camila   Dim 27 Déc - 3:34

Why do not you try to trust me?


 
feat Camila & Ethan

Dans le fond, c'était pas tout à fait vrai, que cela ne me faisais ni chaud, ni froid. Sinon je ne serais peut-être pas là. Enfin non, je serais venu car j'aurais aimé obtenir ce pourquoi je t'avais accosté, je ne restais jamais sur une défaite et tu allais très vite t'en rendre compte. Mais je ne comprenais il faut dire pas pourquoi tu te permettais de me juger sans me connaître. Ok, j'étais loin d'être un saint, je devais t'accorder au moins cela, mais qui te disais que j'étais réellement un sale con qui faisait du mal aux gens ? Tu voyais en moi le pire des présidents de cette fraternité mais diantre que non. J'étais peut-être l'un des moins pire et encore, je jouais double-jeu mais ça, bien sur, tu ne le savais pas car tu me jugeais sans réellement savoir qui j'étais et si cela valait le coup de dire autant d'horreur à mon sujet. Je ne sais pas pourquoi, mais en t'ayant vue sur ton PC, j'étais presque sûr que tu écrivais encore sur ma pomme ou ma fraternité. Faut dire que c'était la première fois que je te voyais à une de mes soirées car je me doutais vue l'aisance que tu avais dans cet endroit, que tu n'étais pas une nouvelle arrivante à Wallace, donc forcément je savais que je ne t'avais juste pas vraiment remarqué jusqu'alors. Sans doute était-ce ça que tu ne digérais pas ? Que je ne t'avais pas remarqué jusqu'à présent. Mais ça, cela serrait vite réparé.

Je voyais bien que tu voulais que je me barre, mais cela ne serait pas le cas. J'avais des choses à dire et tu allais les entendre :
« Je vois. Mais tu vois, le souci avec les personnes comme toi, qui écrivent des machins sur leur blog en mode : « Je connais tout de la vie de cette personne donc je me permets de baver dessus », c'est pas vraiment top. C'est pour ça que j'ai aussi peu de considération pour les médias, car ils critiquent et déforment la vérité. Mais ça, je suppose que je ne t'apprends rien pour la grande et majeure partie, enfin...Si tu n'es pas toi-même endoctriné dans ces conneries. » Dis-je d'un ton relativement sérieux. Oui, je n'aimais pas réellement les journalistes, les journaux et tout ça. Vous ne racontiez que ce que vous vouliez bien voir ou croire, sans réellement savoir si c'était la vérité ou de stupides ragots de passage. La preuve, tu écrivais des choses que sur des paroles de personnes qui devaient sans doute me détester. Mais tu ne le faisais pas en revanche vers des personnes qui m'appréciais à ma juste valeur et j'allais te le faire savoir :
« Tu vois, tu te permets de dire, et j'ai pas réellement besoin de lire ton article que tu écris pour savoir de quoi il est sujet, que je suis un connard. Mais est-ce que tu me connais toi, personnellement pour en juger ? Si tu veux me voir comme un connard, tu peux. Mais avant de le faire, prend au moins le temps de connaître la personne et de voir ce qu'il en est, avant de me traiter de tous les noms. Les préjugés sont souvent un souci, n'est-ce pas ? Et bien je te propose de passer outre, et tu verras que je ne suis pas un salopard comme tu penses le croire. » Dis-je en écartant les bras en levant légèrement les mains en l'air pour te montrer que j'étais tout à fait capable d'être une personne équilibrée et surtout pas complètement abruti. Bien au contraire, c'était qu'une facette, ma vie n'avais aucun rapport avec celle que les gens me donnaient, en général.

« Hormis cela, ton nom me dit quelque choses. Ta pas des frères ou des sœurs plus âgées qui ont été à Philadelphia E. Highschool ? Car je suis quasiment sûr que j'ai déjà entendu ce nom quelque part. » Dis-je en portant à mes lèvres la boisson que j'avais commandée, tout en plongeant mes opalines dans les tiennes, qui étaient bien dans l'envie de me fusiller sur place. J'avais un peu rien à foutre là, de suite, donc qu'importe. Et puis, comme je l'avais bien fait comprendre tout à l'heure, je ne comptais pas te lâcher ainsi.
to follow...

fiche by mad shout.



I'll use you as a makeshift gauge

⋆ I've moved further than I thought I could


it’s not that they’re born brave. it’s not that they’re born strong. it’s just that the universe has decided that this one, this one will have grit and fire and steel in their blood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdmineLambda
avatar
Camila Warne
♟Textos reçus : 93

MessageSujet: Re: Why do not you try to trust me ? | Camila   Dim 27 Déc - 4:13

why don't you trust me ?
I don't need to know you personnel to know who you are, what are your goal, what kind of person you are.



« Je vois. Mais tu vois, le souci avec les personnes comme toi, qui écrivent des machins sur leur blog en mode : « Je connais tout de la vie de cette personne donc je me permets de baver dessus», c'est pas vraiment top. C'est pour ça que j'ai aussi peu de considération pour les médias, car ils critiquent et déforment la vérité. Mais ça, je suppose que je ne t'apprends rien pour la grande et majeure partie, enfin...Si tu n'es pas toi-même endoctriné dans ces conneries. » Je ne m’attendais pas réellement à cela. Certes, je savais que mon blog ne plaisait pas, et surtout aux étudiants issus de fraternités, puisque mes critiques leurs étaient destinées. Mais, je ne pensais pas que cela pouvait l’atteindre. Oui, il avait raison dans ce qu’il disait. Je critiquais sans connaître personnellement, mais, je critiquais sur ce que je voyais, sur ce que l’on me rapportait. « Tu sais Ethan, je n’ai pas besoin de te connaître, tes actes parlent pour toi. » Il avait ensuite enchaîné « Tu vois, tu te permets de dire, et j'ai pas réellement besoin de lire ton article que tu écris pour savoir de quoi il est sujet, que je suis un connard. Mais est-ce que tu me connais toi, personnellement pour en juger ? Si tu veux me voir comme un connard, tu peux. Mais avant de le faire, prend au moins le temps de connaître la personne et de voir ce qu'il en est, avant de me traiter de tous les noms. Les préjugés sont souvent un souci, n'est-ce pas ? Et bien je te propose de passer outre, et tu verras que je ne suis pas un salopard comme tu penses le croire. » Voilà, il me prouvait qu’il n’avait jamais lu les articles de mon blog. Certes, je critiquais les fraternités, et, parfois je critiquais des personnes en particulier, mais, toujours de façon intelligente. Comme dis plus tôt, je prenais les faits et non de simples aprioris. Je soupirais alors à ces paroles. « Tu devrais lire mon blog peut-être pour en parler. » répondis-je assez agacée. Je voyais alors qu’il n’était pas décidé à partir. Je fermais alors de nouveau mon pc, en fermant mes bras autour de ma poitrine, tout en gardant mon regard sur le jeune président. « Hormis cela, ton nom me dit quelque choses. Ta pas des frères ou des sœurs plus âgées qui ont été à Philadelphia E. Highschool ? Car je suis quasiment sûr que j'ai déjà entendu ce nom quelque part. » Oui, encore une preuve qu’il ne comptait pas s’en aller. Bien sûr, je n’allais pas le chasser, j’allais donc discuter un instant avec lui, sachant qu’il n’y allait pas avoir de suite à cela. Bien sûr, cette question ne m’avait pas réellement plu. Il avait vu juste, mes frères avaient été dans ce lycée, mais, j’y étais aussi, et, en même temps que lui. Pourtant, il ne me connaissait pas. La preuve qu’il ne m’avait jamais réellement vu. « J’ai des frères oui, qui ont tous été dans ce lycée. Ils sont mêmes quatre ! » ajoutais-je en riant légèrement. Cela faisait toujours bizarre aux gens de savoir que nous étions cinq enfants, mais, encore plus lorsqu’ils apprenaient que trois d’entre nous avaient été adoptés. Mais, ce détail il n’avait pas besoin de le connaître. Pas pour le moment. Je souhaitais cependant lui préciser que, moi aussi j’y étais. « Mais, j’y étais aussi tu sais.» Certes, je ne l’avais jamais réellement remarquée au lycée non plus. Je savais qu’il existait, mais, je n’en savais pas autant que je pouvais en savoir aujourd’hui. Bien qu’il ai toujours eu, du moins du plus loin que je le connaisse, cette popularité. En tant que futur journaliste, du moins, je l’espérais, ma curiosité prenait le dessus. Je souhaitais un savoir un peu plus sur ses intentions. Je posais alors mes coudes sur la table, en posant mon visage dans mes mains, et tout en le fixant de façon intéressée. « Bon, qu’est-ce que tu fais ici ? Pourquoi venir discuter avec moi ? » demandais-je. Je savais qu’il y avait une raison derrière tout cela, et, j’étais prête à la découvrir.



made by pandora.






Rejection is an opportunity for your selection.



acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Sigma
avatar
Ethan Fowler
♟Textos reçus : 54

MessageSujet: Re: Why do not you try to trust me ? | Camila   Dim 27 Déc - 13:06

Why do not you try to trust me?


 
feat Camila & Ethan

Un sourire assez « malsain » se dessine sur mes lèvres, en voyant que tu étais plus branché sur ton côté journaliste en herbe que sur ta réelle volonté à t'éloigner de moi, j'avais tapé dans le mille, car je savais que tu voudrais en savoir bien plus sur moi, mais je devais quand même me méfier que tu n'ailles pas tout balancer sur ton blog, car ouais, ça par contre, cela me ferrais chier. Je préférais donc mettre les choses au clair directement, mais je prends le temps de répondre à ta première interrogation qui même si s'en était pas une, je me doutais que tu voulais savoir pourquoi je ne t'avais remarqué que maintenant :
« Et bien c'est sans doute aussi parce que tu écrivais le journal du lycée aussi, non ? Je le lisais de temps à autre j'ai du voir ton nom également écrit, mais bon j'ai jamais eu l'honneur de te rencontrer plus personnellement jusqu'à aujourd'hui. C'est bien dommage d'ailleurs. Et ouais je vois maintenant pour tes frères, l'un d'eux était dans l'équipe de basket, et je crois que y'en a un qui c'était méchamment pris de bec avec un de mes ''collègues'' de l'époque. Sa me revient. » Dis-je en tapotant légèrement mes phalanges sur la bordure de la table, en me remémorant la situation. Oui, cela me revenait, un peu. Je n'avais pas une bonne mémoire des visages, donc ce n'était pas simple pour moi, mais preuve que vous m'aviez un minimum marqué, car je ne me souviendrais sans doute pas de toi, vu le monde que je côtoyais depuis pas mal d'années...Pas simple.

Bien sûr que parlait d'une façon un peu dragueur, car j'aimais agir comme ça et puis, il fallait que je te montre de l'importance, c'était bien évidemment mon but quoi. Je t'observe un court instant, suivant tout ce que tu faisais, avant de sourire finement en coins, croisant mes bras sur la table avant de lancer :
« Déjà je suis ici car je suis venue prendre un café avant d'aller en cours, car je suis crevé, et pourquoi j'ai envie de venir te parler ? Car déjà je pense que tu mérites qu'on s'intéresse un peu à toi, et tu m'intrigues. Car c'est rare qu'on se refuse à moi et c'est vrai que j'ai pas compris pourquoi au début mais, maintenant que je sais ce que tu fais, cela m'amuse. Non en vrai, juste car tu m'intrigues, tout simplement. Et toi du coup, qu'est-ce que tu fais ici , à cette heure ? Tu vis sur le campus ? » Demandais-je simplement, tout en jetant un coup d'œil sur les tables voisines, saluant brièvement quelqu'un que je connaissais, enfin un mec de ma fraternité. Il semblait être en rancard et cela m'amusais un peu. Une vraie fleur bleue, ce type... mais il fallait de tout pour faire un monde et même si j'étais un salopard comme tu aimais le croire, je n'étais pas si terrible que cela, car mon bras-droit, mon ami, était tout ce que nous ne voulions pas, chez les Sigma. Il était homosexuel et je gardais le secret car c'était un vrai ami, je tenais à lui et je n'étais pas encore un enfoiré pour le balancer et le rendre la risé du campus, fallait pas déconner. Quand je tenais un minimum à quelqu'un, je ne faisais pas ce genre de chose.

« Je me doute que tu dois avoir des questions à me poser, toutefois j'exige quelque chose, si tu veux tout savoir sur moi : pas un mot sur tes blogs, j'ai pas envie que ma vie se retrouve sur un site, et j'ai pas envie à devoir te poursuivre pour divulgation d'infos personnelles. Tu peux écrire ce que tu veux à mon sujet mais pas ce que je pourrais te raconter, même pour tes beaux yeux, c'est hors de question. Au pire on te croirait pas, car cela va même te surprendre toi, déjà. Mais bon, comme j'ai promis de te faire comprendre que je suis pas qui tu crois que je suis, c'est le risque à prendre »
to follow...

fiche by mad shout.



I'll use you as a makeshift gauge

⋆ I've moved further than I thought I could


it’s not that they’re born brave. it’s not that they’re born strong. it’s just that the universe has decided that this one, this one will have grit and fire and steel in their blood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdmineLambda
avatar
Camila Warne
♟Textos reçus : 93

MessageSujet: Re: Why do not you try to trust me ? | Camila   Mer 30 Déc - 2:59

why don't you trust me ?
I don't need to know you personnel to know who you are, what are your goal, what kind of person you are.



« Et bien c'est sans doute aussi parce que tu écrivais le journal du lycée aussi, non ? Je le lisais de temps à autre j'ai du voir ton nom également écrit, mais bon j'ai jamais eu l'honneur de te rencontrer plus personnellement jusqu'à aujourd'hui. C'est bien dommage d'ailleurs. Et ouais je vois maintenant pour tes frères, l'un d'eux était dans l'équipe de basket, et je crois que y'en a un qui c'était méchamment pris de bec avec un de mes ''collègues'' de l'époque. Sa me revient. » Il ne se trompait pas, j’écrivais effectivement pour le journal du lycée, mais, comme il l’avait dit à la suite, j’imaginais plus qu’il se souvenait de ce nom par rapport à mes frères. Et, surtout par rapport à cette histoire concernant l’un de mes frères, ou du moins deux d’entre eux en réalité. Cela était partie d’une simple réflexion que l’un des joueurs de l’équipe avait fait par rapport à notre plus jeune frère et à son adoption, alors forcément, un grand-frère ne pouvait laisser passer cela. Nous étions une famille tellement soudée malgré les différences qu’il ne valait mieux pas critiquer ou autre. La preuve avec mon blog. Cela partait en grande partie par rapport à ces jugements que les gens pouvaient portés à l’égard de ma famille, de mes frères. J’acquiesçais alors d’un signe du visage ce qu’il venait de dire avant d’ajouter « C’est exact, j’ai écris dans le journal et il y a eu une histoire entre l’un de mes frères et un joueur. Bonne mémoire Ethan ! » dis-je sur un ton assez sarcastique. Je me moquais totalement qu’il ai une bonne mémoire, et, je me moquais aussi pas mal de ce qu’il venait de me raconter à vrai dire. Alors oui, savoir ce qu’il faisait ici, assis en face de moi à essayer de me parler m’intéressait plus qu’autre chose. Non pas que j’étais intéressée par lui, mais, cela m’intriguait. Il ne m’avait jamais remarqué, et pourtant nous nous étions croisés plus d’une seule fois, je me demandais même si nous n’avions pas déjà eu certains cours en communs au lycée. Alors, le voir autant en l’espace de deux jours, et qu’il m’adresse la parole plus de fois qu’il ne l’avait fait en vingt-ans me rendais bien curieuse. « Déjà je suis ici car je suis venue prendre un café avant d'aller en cours, car je suis crevé, et pourquoi j'ai envie de venir te parler ? Car déjà je pense que tu mérites qu'on s'intéresse un peu à toi, et tu m'intrigues. Car c'est rare qu'on se refuse à moi et c'est vrai que j'ai pas compris pourquoi au début mais, maintenant que je sais ce que tu fais, cela m'amuse. Non en vrai, juste car tu m'intrigues, tout simplement. Et toi du coup, qu'est-ce que tu fais ici , à cette heure ? Tu vis sur le campus ? » Je l’intriguais. Cela m’était à vrai dire égal. Mais, le fait qu’il ajoute que c’était rare qu’une personne se refuse à lui, cette réflexion m’avait quelque peu énervé. Et, cela pouvait se voir sur mon visage. J’avais arqué un sourcils, tout en roulant les yeux. Il était hautain, beaucoup trop à mon goût. En plus de cela, il pensait surement que la seule raison pour laquelle je l’avais repoussé était son statut. Alors que, non, je n’étais pas intéressée, contrairement à ce qu’il pouvait connaître avec d’autres filles. Je voulais donc éclaircir les choses. « Ecoutes Ethan, tu ne me plais pas. Tu ne m’intéresse pas, c’est ça la raison pour laquelle je t’ai repoussé hier. Si tu n’étais pas président des Sigma ça aurait été la même chose. » répondis-je sur un ton sec, tout en soupirant à la fin de ma phrase. Certes, il était beau garçon, je ne pouvais pas le nier. Mais, il ne me donnait pas envie de m’intéresser à lui au-delà du physique. « Et, celle qui pose les questions ici, c’est moi, tu n’as ni besoin de savoir ce que je fais ici, ni de savoir où j’habite. » ajoutais-je d’un ton aussi sec que celui d’avant. Je ne souhaitais pas qu’il en sache sur moi. Et, oui, je préférais poser les questions. J’étais après tout celle qui faisait des études de journalisme. « Je me doute que tu dois avoir des questions à me poser, toutefois j'exige quelque chose, si tu veux tout savoir sur moi : pas un mot sur tes blogs, j'ai pas envie que ma vie se retrouve sur un site, et j'ai pas envie à devoir te poursuivre pour divulgation d'infos personnelles. Tu peux écrire ce que tu veux à mon sujet mais pas ce que je pourrais te raconter, même pour tes beaux yeux, c'est hors de question. Au pire on te croirait pas, car cela va même te surprendre toi, déjà. Mais bon, comme j'ai promis de te faire comprendre que je suis pas qui tu crois que je suis, c'est le risque à prendre » Bien sûr, je ne pouvais pas lui promettre de ne rien mettre du tout. Mon blog était après tout porté sur les étudiants, ce qui se passait à Wallace University. Mais, je savais cependant ne pas mélanger le privé et ce qui pouvait être publique. J’avais alors haussé les épaules à la suite de cette requête. S’il voulait me montrer une image différente de ce qu’il montrait au reste du monde, et qu’il souhaitait que cela soit privé, c’était son droit, je n’allais donc pas refuser. « Très bien, je vais éviter de mettre ce qui n’a pas sa place sur mon blog. Mais, on n’est à l’abri de rien. S’il y a des informations qui m’intéresse, je les prend. A tes risques et périls. Mais, lorsque tu ira un jour peut-être lire mon blog, tu verras que je ne met pas ce qui n’a pas sa place parmi mes écrits, c’est à dire le personnel. » Par personnel j’entendais seulement ce qui touchait profondément quelqu’un, pas le superficiel.




made by pandora.






Rejection is an opportunity for your selection.



acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Sigma
avatar
Ethan Fowler
♟Textos reçus : 54

MessageSujet: Re: Why do not you try to trust me ? | Camila   Jeu 31 Déc - 17:39

Why do not you try to trust me?


 
feat Camila & Ethan

Bon , sur le coup je dois dire que je croyais que tu mentais. Comment ne pouvais-je pas plaire j'ai envie de dire ? Oui, cela faisait assez narcissique dis comme ça mais bon. Je crus que tu blaguais mais en voyant ton expression je compris vite que tu étais tout à fait sérieuse. Wow, deuxième première fois avec toi, déjà tu me foutais un râteau pareil à la soirée et maintenant tu m'en remettais une petite couche en disant que je te plaisais carrément pas, dans tous les sens du terme. Je plisse légèrement du front, ne montrant pas trop quand même que j'étais carrément vexé sur ce coup. Ok, on avait tous des idéaux physiques et mentaux mais alors carrément à ce point, cela me faisais presque de la peine. L'égoïste et le narcissique Ethan était blessé, alors que le vrai semblait se marrer de la situation mais je me ressaisis relativement vite car il ne fallait pas que tu commences à croire que j'étais faible à la remarque et pas capable de me reprendre et de répondre convenablement à ce genre d'attaque :

« C'est bien dommage pour toi. Mais cela ne changera pas vraiment la raison qui me pousse à venir te parler. Je vais te prouver que tu te trompes sur mon compte. Que je te plaise ou pas n'est pas vraiment important, mais au moins je veux t'entendre au moins dire après tout ce que je te montrerais un : ''Ouais ok, je me suis trompé sur toi''. » Oui je n'avais aucune gêne à te dire clairement ce que j'attendais mais c'était au moins sincère quoi. Je comptais bel et bien te faire changer d'idée et d'avis sur moi. Je décroise mes bras tout en t'offrant un petit sourire en coin, satisfait de ce que je t'entendais dire.
« Alors tant mieux si tu es capable de pas raconter tout et n'importe quoi. Au moins tu es sur la bonne voie pour devenir une journaliste sincère et juste. Du moins j'espère car ce n'est pas tellement drôle de devenir un journaliste menteur prêt à tout pour de l'argent. Corrompus dirons-nous. » Lançais-je d'un ton semi-amusé avant de prendre une gorgée de ma boisson et de tapoter mes doigts sur le bord de la table scrutant ton visage dans le moindre détails.

« Ne t'en fais pas, quand j'aurais une minute à moi devant un ordinateur, je lirais ça. Mais comme j'ai rarement le temps pour, je ferrais un effort pour prendre dix minutes et lire tous tes superbes articles tous très intéressants sur les fraternités. » Oh là oui, je me moquais gentiment de toi, mais pas tout à fait gentiment on vas dire. Ouais, j'étais pas totalement pour les fraternités mais fallait pas voir le mal partout non plus. Cela permettait à des gens d'y arriver par la suite alors c'était quoi le problème ?
«Bref, si tu as des questions là de suite, je t'écoute. Sinon on continuera cela demain, à 18h, en ville. Non ce n'est pas un rancard que je te propose, juste de te faire découvrir que je ne suis pas le fameux Ethan Fowler connard du coup si tu es assez curieuse et intelligente pour penser que je fais pas ça dans le vent, tu me rejoindras devant la porte sud au parking. »
to follow...

fiche by mad shout.



I'll use you as a makeshift gauge

⋆ I've moved further than I thought I could


it’s not that they’re born brave. it’s not that they’re born strong. it’s just that the universe has decided that this one, this one will have grit and fire and steel in their blood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Why do not you try to trust me ? | Camila   

Revenir en haut Aller en bas
 
Why do not you try to trust me ? | Camila
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TRUST
» Taratata : Motorhead, Deep Purple, Trust
» In Tyler We Trust
» TRUST
» TRUST - Soulagez-Vous Dans Les Urnes (CD)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: District Rosa Parks :: Starbucks-
Sauter vers: